MESSAGE DE LA DIRECTRICE ARTISTIQUE

Le Festival Resonances est de retour !

Il semble à peine croyable que la pandémie de coronavirus nous ait privés de deux années de Resonances, mais nous avons à présent l’immense plaisir de vous annoncer le retour de ce fantastique rendez-vous annuel autour de la musique au Château de Halloy.

Resonances, cette occasion de se réunir pour découvrir ensemble des chefs-d’œuvre musicaux, nous a beaucoup manqué, mais c’est surtout vous, notre public, qui nous avez manqué terriblement ! Pouvoir partager sur scène, avec un public, ce moment de vulnérabilité humaine qu’un artiste éprouve forcément est, pour moi, ce qui fait d’un concert une expérience si exceptionnelle.

Cette année, le festival prend pour titre « Il était une fois… ». Dans toutes les langues, « il était une fois » indique le début d’une histoire et attire notre attention sur la nature fictionnelle du monde où nous pénétrons. Les contes de fées nous entraînent dans un autre univers, où se côtoient le merveilleux et le terrifiant, le bienfaisant et le maléfique, le mystère et la révélation, la tristesse et la joie, et où nous découvrons différentes parties de nous-mêmes à travers les personnages. De même que le narrateur nous demande de suspendre un moment notre attache au réel afin de se jeter dans le monde fictionnel du conte, de même le musicien, quand il joue un morceau, invite le public dans l’univers intérieur du compositeur et essaye de raconter son histoire.

Les six fantaisies, quatre contes de fées et deux mythes de différents compositeurs constitueront le fil de rouge des concerts de Resonances cette année. Ces pièces seront accompagnées de grands classiques, mais aussi d’œuvres moins célèbres à découvrir.

Le concert d’ouverture du 26 mai met à l’honneur deux chefs-d’œuvre bien connus. L’élan vital du Trio n°1 de Brahms d’abord, puis la fameuse Sinfonia Concertante pour violon et alto de Mozart, dans un arrangement pour sextuor à cordes.

Le concert du 27 mai célèbre la mémoire de Vaughan Williams, le compositeur romantique anglais par excellence, qui fêterait cette année ses 150 ans, et dont la musique est assez méconnue de ce côté-ci de la Manche. Mais ce concert est aussi un hommage aux Britanniques de cette « si belle île » (pour reprendre les mots de Purcell’s ‘King Arthur’) qui semblent un peu plus éloignés ces derniers temps… Ce sera l’occasion d’entendre des compositions britanniques de 1650 à nos jours.

Le 28 mai sont proposés trois concerts extraordinaires, remplis de Phantasies et de contes de fées, en plus de certains des morceaux de Mendelssohn, Schubert et Dvorak que le public préfère, ainsi qu’un envoûtant quintette pour piano du moins célèbre Bacewicz, compositeur polonais, et qu’un chef-d’œuvre de Jörg Widmann, le trio « Es war einmal… » (il était une fois…) créé en 2015, qui sera certainement un des moments forts de cette édition !

Le 29 mai nous nous mettons en appétit dans la matinée avec un assortiment de délices mythologiques et puis nous clôturons le festival avec un concert qui comprend quelques-unes des compositions les plus pénétrantes de l’histoire de la musique. Les trois pièces de Bach, Beethoven et Schubert que nous avons choisies pour ce dernier concert me semblent éternelles et laisseront le public repartir avec, je l’espère, une conscience renouvelée de notre humanité partagée. 

Que cette édition 2022 de Resonances soit un moment de rassemblement et de redécouverte de nos univers intérieurs à travers la musique de la fantaisie, du mythe et du conte.

En espérant vous voir tous très bientôt !

Soignez-vous bien!

Amy Norrington

©Festival Resonances
Design by OSlink